Accueil // Blog // Joyeuse fête !

On pense qu’à l’origine, Samain est une fête où la société celtique se rassemble à l’occasion de banquets rituels ; son caractère sacré la place sous l’autorité de la classe sacerdotale des druides et la présidence du roi. Selon l’idéologie tripartite des indo-européens définie par Georges Dumézil, les trois classes de la société (sacerdotale, guerrière et artisanale) sont associées aux cérémonies. Cette assemblée religieuse et sociale a progressivement disparu avec la christianisation, mais elle reste attestée jusqu’au XIIe siècle dans la littérature médiévale irlandaise. En effet, bien que la mythologie gaelle soit issue de la tradition orale, elle a été consignée par les moines irlandais du Moyen Âge, qui en ont profité pour la christianiser. Leurs écrits peuvent néanmoins nous donner quelques indices sur la nature de la fête de Samhain et sur la manière dont elle était célébrée chez les Celtes d’Irlande.

La mythologie irlandaise nous apprend que Samhain est l’une des quatre fêtes de l’année. La Tochmarc Emire, un récit du Xe siècle qui raconte comment Cúchulainn fit la cour à Emer, présente Samain comme le premier de ces « quatre jours ». Chez les Gaels, Samain était associé à l’assemblée de Tara, qui se tenait pendant une semaine aux alentours du 1er novembre actuel. La dernière fois que cette très vieille assemblée se serait tenue aurait été en 5603. Toutefois, les motifs de Samain, comme ceux de l’assemblée de Tara, restent difficiles à évaluer. Selon les sources écrites, il peut s’agir de voter des nouvelles lois, de rendre la justice, de célébrer la fin des moissons, de célébrer des mariages officiels.

La notion de passage se retrouve aussi à ce moment, entre le monde des humains et l’Autre Monde résidence des dieux (le Sidh). On a relaté l’aventure de héros, ou d’hommes exceptionnels, qui se rendent dans le Sidh (généralement à l’invitation d’une Bansidh), et y passent quelques agréables heures. Le temps des dieux n’étant pas le même, leur séjour est, en fait, de plusieurs siècles et, quand ils reviennent chez eux, ils ne peuvent vivre puisqu’ils sont morts depuis longtemps.

La fête elle-même dure en fait une semaine pleine : trois jours avant la pleine lune de novembre, le jour de la pleine lune lui-même, puis trois jours après. Pour les Celtes, cette période est entre parenthèses dans l’année : elle n’appartient ni à celle qui s’achève ni à celle qui va commencer ; c’est une durée autonome, hors du temps, « un intervalle de non-temps ». C’est le passage de la saison claire à la saison sombre, qui marque une rupture dans la vie quotidienne : la fin des combats pour les guerriers et la fin des travaux agraires pour les agriculteurs-éleveurs, par exemple.

Source : Wikipedia

1 Commentaires SUR " Joyeuse fête ! "
  • alt_example

    Coriandre 1 novembre 2018 à 00:42 -

    Fort joli texte qui nous rappelle opportunément combien nous sommes redevables à la civilisation celtique…

donne ton avis

Tu dois être connecté pour publier un commentaire.

Dans le journal

Boutique Sidh

L'affiliation Instant Gaming reverse 3% du montant de chaque jeu acheté sur le compte de la communauté. La somme est utilisée pour la location de notre serveur.
© Sydhe 2019
Défiler vers le haut